Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 20:14
Je me souviens qu'un jour, un livre a fait son apparition sur l'étagère de ma soeur.
A l'Ouest, rien de nouveau.
Ou alors c'était une histoire de camarade...

J'avoue que ma certitude d'hier est quelque peu branlante aujourd'hui. Je ne garantie plus la véracité des faits.

Donc disons les choses de la façon suivante: je crois me rappeler qu'à une époque plus ou moins précise de mon enfance, un livre qui selon moi s'intitulait "A l'Ouest rien de nouveau" a fait son apparition sur l'étagère de ma soeur.
Pas très loin des bibliothèques vertes, prenant un peu plus ses distances par rapport aux roses.

Toujours à la condition que je me souvienne bien, il s'avère que ce livre était un des préférés de ma soeur. Et qu'alors que d'habitude, je prenais soin à la copier le plus possible, je n'ai jamais tendu la main vers ce livre.

Du coup, quand le film est passé à la télé, je n'ai pas hésité. 



Im Westen, nichts neues.
All Quiet on the western front de Lewis Milestone.

Je trouve ça plutôt drôle de regarder un film américain tiré d'un livre allemand que j'ai vu sur l'égère française de ma soeur.

Le personnage principal est allemand et on le suit depuis son entrée à l'armée au début de la première guerre jusqu'à sa sortie très "Dormeur du Val".

Ce film a donc également celà d'identitairement drôle qu'il m'a transporté de l'autre côté de la ligne: celle où se trouvent "les méchants".

Culturellement parlant, il vaut le détour. Non pas qu'il faille le voir histoire d'avoir vu un film oscarisé.
Non, non: loin de là.

Ce film est en réalisté la clé au mystère resté pour moi sans réponse: pourquoi les Françaises ont-elles une telle réputation en Allemagne (et à l'étranger de façon générale).
Quand on voit la façon dont elles sont décrites dans ce film des années 30, on comprend!! J'ose à peine imaginer ce qui se cache dans le livre...

Oubliez donc le gaz moutarde, les visages défigurés, les gueules cassées, les jambes amputées. Si ce film vaut le coup d'être vu, ça n'est pas pour son contenu historico-romanesque. C'est tout simplement pour la lumière qu'il fait sur le Mystère International de la Femme Française.


Bon ben
ça, c'est fait...

Partager cet article

Repost 0
Published by Votre Meringue au pays des Baisers - dans Kino et Cinéma
commenter cet article

commentaires

Completementalest 08/11/2009 18:41


Ah y'a eu un bug avec mon commentaire précédent!
Je comprends ce que tu veux dire sur le mur de Berlin. La semaine dernière j'ai regardé un documentaire sur le mur puis enchainé avec le film "good bye Lenin" (vive les soirées thématiques de
France 2). Et là, grande révélation : je retrouvais en arrière-plan dans le film les images aperçues précédemment dans le documentaire! Du coup, j'ai compris qu'elles étaient cultes pour les
allemands!


Completementalest 07/11/2009 09:46


Je me rappelle avoir lu le livre et d'avoir pris conscience de ce qu'avait vécu l'"autre côté". Et eux ont subi tous ses sacrifices puis l'humiliation de la défaite... En prépa, notre professeur
d'histoire nous avait parlé des thèses de "brutalisation des sociétés" (G. Mosse): en gros l'Allemagne, humiliée, n'est jamais sorti de la guerre entre 18 et 39; les hommes étaient mentalement
toujours mobilisés (influence des corps francs, agressivité dans la vie politique, importance des commémorations aux monuments aux morts). C'est extrêmement intéressant.
Sinon, je ne me rappelle pas de l'image de la femme. Je crois que je vais me replonger dans le livre.


Completementalest 07/11/2009 09:46


Je me rappelle avoir lu le livre et d'avoir pris conscience de ce qu'avait vécu l'"autre côté". Et eux ont subi tous ses sacrifices puis l'humiliation de la défaite... En prépa, notre professeur
d'histoire nous avait parlé des thèses de "brutalisation des sociétés" (G. Mosse): en gros l'Allemagne, humiliée, n'est jamais sorti de la guerre entre 18 et 39; les hommes étaient mentalement
toujours mobilisés (influence des corps francs, agressivité dans la vie politique, importance des commémorations aux monuments aux morts). C'est extrêmement intéressant.
Sinon, je ne me rappelle pas de l'image de la femme. Je crois que je vais me replonger dans le livre.


Votre Meringue au pays des Baisers 08/11/2009 16:02


Je ne connais pas du tout cette thèse là! C'est finalement un aspect de la guerre qui est très délaissé de notre côté.
De même que je vois des reportages sur la chute du mur très étonnant depuis quelques jours! Des images d'autant plus étonnantes que l'Homme les connait par coeur et peut réciter par coeur les
propos tenus par les protagonistes (le grade frontière, les premiers Allemands à avoir franchi le mur...).
"Eu moi pas connaître le type qui dit qu'il veut qu'on lui ouvre la porte parce que sinon ça va chier des bulles".

Bref tout ça pour dire que je note le nom de Mosse et que j'achèterai le livre à mon prochain passage en France.


Hamtarette 04/11/2009 20:14


C'était "Mon ami Frédéric" et "J'avais deux camarades" de Hans Peter Richter, qui portait plus sur la seconde guerre mondiale, mais qui a ceci de commun avec "A l'Ouest rien de nouveau" de nous
montrer la guerre chez "l'Autre", le méchant, l'ennemi. Et de montrer que c'est pas plus beau parce que c'est de l'autre côté. Ca n'était juste pas la même guerre, la seconde et pas la première.
Mais je les ai lus de nombreuses fois.
Le film, je l'ai vu en terminale je pense, en allemand. Souvenir d'un bon film. Mais je ne suis pas sûre de l'avoir vu en entier, c'est toujours plus dur à l'école...


Who's Who?

  • : Le blog de Votre Meringue au pays des Baisers
  • Le blog de Votre Meringue au pays des Baisers
  • Contact