Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 17:39

 


 

 

J'ai beaucoup hésité quand on m'a proposé d'aller voir Django Unchained au cinéma. Pour finalement ne pas le regretter! Un Tarantino de toute beauté que je ne peux conseiller: pour son scénario, ses rebomdissements, son humour décalé, pour le talent des acteurs: bref pour tout!!


Il m'arrive très rarement d'avoir envie de revoir un film à peine sortie de la salle de cinéma! :-)

Tout personne intéressée peut se signaler au blog qui transmettra ;-)


Repost 0
Published by Votre Meringue au pays des Baisers - dans Kino et Cinéma
commenter cet article
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 22:05

Un lendemain de film, c'est comme un lendemain de cuite.

 

La tête est lourde, les idées floues. Les mots se bousculent dans un cerveau incapable de les ordonner. Ils errent dans des sens différents, à des vitesses différentes. Il faut toute la patience d'un réveil et la volonté d'un café serré pour qu'ils daignent enfin prendre une place digne de ce nom. Peu à peu, ils se mettent en rang. Au bout d'un moment, on pourrait même les qualifier d'idée. Pour un peu qu'une conversation les force à se confronter à un avis différent et argumenté, ils seraient quasimment une prise de recul et une réflexion portant sur le film.

 

Les lendemains de film sont parfois pour moi des lendemains de cuite. Qu'il faut parfois faire passer avec une aspirine à défaut de dialogue argumenté.

 

Des Hommes et des Dieux. Un efferalgan, deux tentatives, une troisième en attente.

 

 

 

 

Je ne suis pas croyante: ça n'est pas une nouveauté. Je ne vais donc pas voir ce genre de film pour une raison religieuse. Ca serait plutôt mon côté chien de Pavlov. Ou comment avoir été conditionnée à aller faire diminuer la moyenne d'âge dans des salles de cinéma. Avec pour secret espoir de comprendre quelque chose et d'avoir l'impression d'accéder à une vérité supplémentaire. Un peu comme si des films primés au festival de Cannes pouvaient m'en apprendre plus sur la vie que Sex and the City.

 

Je m'égare.

Je voulais juste dire que je suis allée le voir.

 

J'ai été assez surprise. Pas tant par le fait que "jamais les hommes ne font le mal si complètement et joyeusement que lorsqu'il le font pour la religion" (Pascal, à peu de chose prêt la citation du film, flemme de googler). Ca, tout le monde le sait. Même s'il était intéressant de le voir formulé en actes et de le retrouver caché derrière des images, ce fait n'est pas nouveau. Pas plus que l'idée que des hommes aient pu s'entretuer pour des idées comme la consubstantiation ou la transubstantiation, ce à quoi m'a fait penser la scène de la messe célébrée par les moines. Léger sourire, idée suivante.

 

Ce qui m'a le plus surpris, ça n'était pas non plus la démarche oecuménique des moines que l'on observe. Ni tous les messages que cette dernière pouvait également dissimuler.

 

Ce qui m'a le plus étonnée, c'est le doute. Sel de l'esprit, certes, mais je ne pensais pas le retrouver là. Je me trompe sûrement, mais pour moi une personne croyante est une personne qui ne doute plus. Elle a trouvé. Là où j'hésite, je pèse et je soupèse, elle avance dans une direction et n'en change pas. Elle a des valeurs qui sont définies et qui ont valeur de loi. Elles sont suffisamment nombreuses pour lui offrir une réponse à chaque question qui pourrait se poser au cours de sa vie. Elle les suit et ne dérive pas. La dérive est propre aux personnes qui doutent.

Or voilà un moine qui doute. Qui pour un instant, devient ce que je suis.Son absence de certitude le rapproche à tel point de moi qu'il ne sait plus où et il ne sait plus pourquoi.

Ce fut pour moi le moment le plus troublant.

 

Pour le reste, on attendra la tentative numéro 3.

 

 

 

No et Moi. Aucun espoir. Direction l'armoire à pharmacie sans passer par la case départ. En même temps les plaisirs en solitaire se terminent comme ils ont commencé.

 

 

 

 

 

J'interprète souvent ce que je ne comprends pas comme étant une aggression. La violence du personnage de No et mon besoin de trouver des solutions et des belles fins ont été à l'origine d'une réaction d'incompatibilité assez frustrante.

 

Là où mes moines hésitaient de façon ponctuelle, mes personnages sont paumé de façon permanente. Ils restent sans direction à suivre avec une constance et un acharnement étonnant. Parfois on se raccroche à une branche. Parfois à être qui passe.

Mais les gens vont et viennent et on est souvent déçu.

Retour à la case départ.

 

A côté de ça: fait de société, échec de sociétés. Au choix.

 

Quand je vous disais que les lendemains de film étaient comme les lendemain de cuite...

Repost 0
Published by Votre Meringue au pays des Baisers - dans Kino et Cinéma
commenter cet article
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 14:04


http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcR1ddVJ4QSpvp8-QikTIKD6iELUHBzZd2j6fEdNzAvghSgErk4&t=1&usg=__aHvAwraGfzBR_YT4LLAXIoePXSo=

 

 

C'est pour faire plaisir à l'Homme que j'ai acheté ce film. Histoire de lui rappeler son propre pélerinage cycliste et qu'il retrouve des lieux connus, des images qui lui parlent.

 

Un film que je conseille: à la fois drôle et triste, il vaut le détour! :-)

 

Trois enfants perdent leur mère: pour hériter ils doivent aller jusqu'à Compostelle à pieds, tous ensemble. Ou comment s'arranger pour que ses enfants arrêtent de se faire la guerre! :-)

 

Bonne séance!

 

 

 

Repost 0
Published by Votre Meringue au pays des Baisers - dans Kino et Cinéma
commenter cet article
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 03:26
Récompensé à Cannes et à Berlin (donc ayant respectivement reçu une plante verte et un ours en peluche), Fatih Akin est un réalisateur dont le talent a déjà été reconnu. Ce n'est donc pas le film d'un débutant que nous sommes allés voir dimanche dernier l'Homme et moi.
Finalement le cinéma c'est un peu comme la Bourse. Tant qu'à dépenser 7 euros, autant essayer de limiter les risques et de parier sur le bon cheval...

Nous sommes donc allé voir Soul Kitchen, le dernier  film du réalisateur sus-nommé.

http://cdn50.ne.be/librairy/movies/7676/21223.jpg

Soul Kitchen, c'est le nom du restaurant que tient Zinos. Ou plutôt l'espèce de local gigantesque où on trouve des tables et des chaises sur lesquelles il est possible de s'assoir pour commander de la nourriture de cantine (insalubre, la cantine).
Et puis une fois que le décor est posé, on prend le même et on le confronte à des tas de problèmes merdiques (mais qui restent réalistes) et à des tas d'événements positifs!
Et heureusement pour moi: tout est bien qui finit bien!




Un film agréable, drôle et qui donne envie d'ouvrir un restaurant!
Je conseille donc aux personnes qui ont l'occasion de le voir!
Repost 0
Published by Votre Meringue au pays des Baisers - dans Kino et Cinéma
commenter cet article
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 21:40
Tiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiil!!

Essai sur la sexytude dégoulinante de hotitude de Til Schweiger, symbole de l'allemand parfait et de l'homme arrivé à maturité, ou équivalent allemand de Brad Pitt. 


Introduction
Pour répondre à ma soeur préférée et à d'autres éventuels (lecteurs) lectrices n'ayant pas encore eu la chance de baver devant Til,
Til Schweiger, c'est ça:


1/ Un jeune homme avec un potentiel énorme:

a/ Un grand potentiel...





b/ Beaucoup beaucoup de potentiel...

 

c/ Enooooooormément de potentiel!...



 


2/ Qui, comme pas mal d'hommes et comme le bon vin, voit son sex appeal augmenter exponentiellement avec son âge....

a/ Un visage indéniablement plus sauvage et plus mûr...




 b/ Un visage renvoyant tous les poupins imberbes des films Disney au placard...




 c/ Et un coooorps mon dieu, mais un cooooooorps!!!





(on en voit un petit bout à droite. J'ai eu le magazine entre les mains il y a deux ans et je peux vous GARANTIR que ça valait le coup d'investir dans le papier. Rah mon dieu ces photooos! Malheureusement introuvables sur le net...).

3/ Un corps parfait (pardon: homme parfait) qui se construit également un personnage à la hauteur des fantasmes féminins...

a/ L'homme brutal (de Inglourious Bastards...)




b/ L'homme expérimenté qui n'a peur de rien...



c/ Mais aussi le caramel mou craquant qui baisse sa garde, tombe amoureux et s'attache (troooop mignon)...




(Ah mon dieu ce regard de chien battu et ce bouquet de fleur!!)


Conclusion:
Bref l'homme qui a compris que pour les femmes, le mec idéal est un paradoxe insoluble: un homme viril, dominant, mais craquant, attentionné et amoureux.
Le tout sur fond de physique parfait (ah ce torse!!!), de regard de braise et de visage soooo viril!

Allez, toutes avec moi: TIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIl!!!

Conclusion non officielle:

TIIIIIIIl! EPOUSE MOI!!!

(je suis peut-être pas top model mais je parle avec un accent français: c'est craquant ça, non?)






Repost 0
Published by Votre Meringue au pays des Baisers - dans Kino et Cinéma
commenter cet article
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 21:00
Ni rêve, ni réalité, la chanson que vous avez pu entendre et voir dans l'article précédent est en réalité une blague!

Elle est tirée du film Männerherzen...


C'est l'histoire de 5 mecs (dont deux hyper sexy faut l'avouer. Le top du top étant Tiiiiiiiil) tous très différents les uns des autres. L'un est un looser complet, l'autre un mec presque marié qui dérape quelques jours avant le jour J, un mec sans avenir en couple, un divorcé aux pulsions de violence incontrôlables et enfin un super séducteur super successfull.

Ce dernier (Tiiiiiiiiil) est un producteur qui compte se faire énormément d'argent en produisant Trucmuche (j'ai oublié son prénom), chanteur populaire à succès.

Vous l'aurez compris: c'est la star de l'article précédent.

Ce dernier est un mélange de Madonna (pour les caprices de star) et de chanteur de Schlager (les rengaines allemandes ringardes). Le beau Til est obligé de le supporter pour s'en mettre plein les poches. Il va donc enregistrer son super tube: la chanson que vous connaissez!

Un film hilarant que je conseille à toute personne pouvant le voir! Une bonne partie des meilleurs passages sont bien sûr ceux où on voit notre chanteur!

Bon diverstissement!

Et parce que je n'y résiste pas....




 
Repost 0
Published by Votre Meringue au pays des Baisers - dans Kino et Cinéma
commenter cet article
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 20:14
Je me souviens qu'un jour, un livre a fait son apparition sur l'étagère de ma soeur.
A l'Ouest, rien de nouveau.
Ou alors c'était une histoire de camarade...

J'avoue que ma certitude d'hier est quelque peu branlante aujourd'hui. Je ne garantie plus la véracité des faits.

Donc disons les choses de la façon suivante: je crois me rappeler qu'à une époque plus ou moins précise de mon enfance, un livre qui selon moi s'intitulait "A l'Ouest rien de nouveau" a fait son apparition sur l'étagère de ma soeur.
Pas très loin des bibliothèques vertes, prenant un peu plus ses distances par rapport aux roses.

Toujours à la condition que je me souvienne bien, il s'avère que ce livre était un des préférés de ma soeur. Et qu'alors que d'habitude, je prenais soin à la copier le plus possible, je n'ai jamais tendu la main vers ce livre.

Du coup, quand le film est passé à la télé, je n'ai pas hésité. 



Im Westen, nichts neues.
All Quiet on the western front de Lewis Milestone.

Je trouve ça plutôt drôle de regarder un film américain tiré d'un livre allemand que j'ai vu sur l'égère française de ma soeur.

Le personnage principal est allemand et on le suit depuis son entrée à l'armée au début de la première guerre jusqu'à sa sortie très "Dormeur du Val".

Ce film a donc également celà d'identitairement drôle qu'il m'a transporté de l'autre côté de la ligne: celle où se trouvent "les méchants".

Culturellement parlant, il vaut le détour. Non pas qu'il faille le voir histoire d'avoir vu un film oscarisé.
Non, non: loin de là.

Ce film est en réalisté la clé au mystère resté pour moi sans réponse: pourquoi les Françaises ont-elles une telle réputation en Allemagne (et à l'étranger de façon générale).
Quand on voit la façon dont elles sont décrites dans ce film des années 30, on comprend!! J'ose à peine imaginer ce qui se cache dans le livre...

Oubliez donc le gaz moutarde, les visages défigurés, les gueules cassées, les jambes amputées. Si ce film vaut le coup d'être vu, ça n'est pas pour son contenu historico-romanesque. C'est tout simplement pour la lumière qu'il fait sur le Mystère International de la Femme Française.


Bon ben
ça, c'est fait...
Repost 0
Published by Votre Meringue au pays des Baisers - dans Kino et Cinéma
commenter cet article
2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 07:37
C'est l'esprit encore embrumé par ces images étranges qui ont peuplé ma nuit que je tapote sur mon ordinateur et décide de prendre le temps d'écrire un article sur mon blog avant de prendre mon vélo pour aller au boulot. D'ailleurs ça me permettra de faire coïncider ces rêves avec la réalité: cette nuit, j'étais en retard de 15 minutes partout (même si comme je ne peux pas être en retard au boulot...).
Et avec de la chance, écrire ces quelques mots permettra d'imprimer autre chose dans mon cerveau que ces drôles d'événements probablement nés de conversations diverses et variées le jour de la Toussaint.
Enfin puis motivation suprême: il fait super moche dehors et j'ai plutôt envie de rester chez moi que d'aller au travail. Enfin... Tout ça pour dire que je commence un article de blog à propos duquel je peux d'ores et déja vous dire qu'il ne sera pas très brillant.




Je veux en effet tout simplement vous conseiller d'aller voir "Die Päpstin" (tiré d'un roman historique) que l'on est allé voir vendredi soir au cinéma. Le film est long mais on ne voit pas le temps passer, son esthétique des plus agréables (voir notamment les images de l'article), ses couleurs aussi (logique vous me direz).




En allemand parfois chaud boudin tout de même (on notera mon vocabulaire des plus recherchés) vu le vocabulaire pointu utilisé. Mais jouable, je vous rassure. Et puis argument suprême pour aller le voir: un des plus beaux gosses du cinéma! Youpiiiiii!

 




En conclusion: un truc sans rapport mais qui me permettra de confirmer à l'Homme que je ne lui ai pas raconté des conneries. Si vous déménagez dans le même bâtiment que celui où habite votre ex petit copain avec lequel vous êtes encore très bonne amie, est-ce que les gens autour de vous devraient trouver ça suspect?



Repost 0
Published by Votre Meringue au pays des Baisers - dans Kino et Cinéma
commenter cet article
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 14:24
Cette semaine a été celle des films merdiques. Le premier m'a prise un peu par surprise. L'Homme était parti faire la fête avec des amis (soirée entre hommes, demoiselles en détresse exclues) et il fallait bien que je m'occupe. Me voilà donc devant le duo fatal télé - ordinateur (woui woui: 23 ans et des samedis soirs déjà chiants. Petites vieilles de tous les pays: levez-vous!). Et à la télé, je tombe sur....



Que dire....
Les mots me manquent pour décrire cette daube internationale se voulant drôle et tombant dans le ridicule pitoyable, ce trucmuche sans forme et encore moins de fond dont on ne sait pas trop si on doit en rire ou en pleurer...

N'empêche que j'ai tout de même levé le nez de l'ordinateur pour m'extasier sur la beauté et la profondeur du message délivré par ce chef d'oeuvre du 7e art...

Et puis un peu plus tard dans la semaine, je me suis acheté un DVD. Pas cher, avec le beau Tom. Un film de ses débuts, un de ceux qui l'ont rendu célèbre. Du coup je me dis que je ne prends pas de risque (ah, ah: jeu de mots pourri) en achetant...


Pourtant j'aurais du me méfier en voyant la pochette du DVD et le minois poupon du jeune bébé Tom...

Risky Business, c'est une valeur sûre parce qu'on y trouve la fameuse scène souvent copiée mais jamais égalée que j'ai donc découverte dans son contexte d'origine...



Parce que se trémousser dans son salon en utilisant la stéréo de son papounet pour diffuser de la musique est le comble de la rebellion pour notre jeune ami, ce morceau du cinéma est rentré dans les annales.
Pour le reste du film, je ne comprends pas... C'est exactement le genre d'intrigue débile qui m'énervent plus qu'elles ne me passionnent. J'ai passé la fin du film en avance rapide : c'est pour vous dire...

Il n'empêche j'avais là lancé ma propre mode! Les fims de cette semaine se devaient d'être pourris, ou ils ne seraient pas!
J'ai donc fait un tour au Müller histoire de voir ce qu'ils proposaient au rayon "4 DVD pour le prix de 3".
Finalement mon choix s'est porté vers 4 films dont je n'en connais qu'un (qui est malheureusement relativement bon...). A voir, à voir!






Repost 0
Published by Votre Meringue au pays des Baisers - dans Kino et Cinéma
commenter cet article
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 12:12
Le Müller, c'est la grande droguerie du XXIe siècle à l'allemande. On y trouve presque de tout, du Playmobil au parfum en passant par les CD. Et les DVD.
Au Müller, ils font une offre permanente: quatre DVD ou CD pour le prix de trois. Ils renouvellent juste les titres faisant l'objet de la promotion. Et après deux semaines d'absence, les titres avaient effectivement changés.
Agréable d'y trouver des films que je voulais voir.

Le premier au menu: die Welle.
La vague.



Pour ceux qui ne connaissent pas comme pour ceux qui en ont entendu parler: un film à voir.
Pour le résumé, j'ai trouvé la parfaite vidéo (VOSTF)...



Pour tous ceux qui n'ont pas connu les grèves du CPE (ou celles qui ont suivi), les AG sans queue ni tête, les mouvements qui vous dépassent et finissent par vous dominer. Pour ceux qui n'ont jamais vu la logique torturée, déformée, manipulée. Pour ceux qui doutent du fait que oui: ça pourrait de nouveau se produire. Partout.

Un très bon film que je conseille donc! :-)

Et demain, de retour d'une semaine en Toscane, je trouverai peut-être d'autres DVD intéressants! :-)
Repost 0
Published by Votre Meringue au pays des Baisers - dans Kino et Cinéma
commenter cet article

Who's Who?

  • : Le blog de Votre Meringue au pays des Baisers
  • Le blog de Votre Meringue au pays des Baisers
  • Contact